Les Camions Citroën

le forum des passionnés d'utilitaires CITROEN
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la Croisière jaune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Pierro
chevrons d'or


Inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 9:24

PIJO3007 a écrit:
" Quelle chose curieuse que ce pays unisexué.
Quelques femmes afghanes, pourtant, rassemblées près d’un ruisseau laissent entrevoir leur visage qui est fort beau ».
Habituellement, les étrangers ne les voient pas.

Bonjour !
Combien de femmes faisaient partie de cette " Croisière Jaune " ? cheers

Et de de nos jours sur "les-camions-citroën" ?  !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 10:13

Georges Le Fèvre ,qui a écrit cette phrase, parlait des Afghanes qui , normalement, ne devaient pas montrer leur visage aux étrangers.
Je ne pense pas qu'il y ait de femmes dans la Mission "Croisière jaune"
et je ne pense pas qu'il y en ait sur le forum !!!!

dommage!

a+
JP

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
rantanplan74
chevrons de bronze


Inscription : 28/10/2011

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 13:32

queen Dommage! queen
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 14:02

flower

Difficile route de la soie : 10 juin 1931 – 22 juillet 1931

Pour clore le voyage en Afghanistan, le groupe Pamir traverse la vallée de Bamiyan pour y admirer les grands bouddhas,
hélas détruits en 2001.


Vallée de Bamiyan : grand bouddha.
© CITROËN COMMUNICATION

S’ensuit une dernière rencontre diplomatique avec le roi Mohammad Nadir Shah et son frère, alors premier ministre.
Nous sommes le 17 juin 1931. Le roi sera assassiné deux ans plus tard.
Puis arrivent Dakka et la frontière indo-afghane. La température, en Inde, avoisine les 45° C.

A  Landi Kotal, les Pamir sont accueillis en musique par un régiment de Gordon Highlanders en manœuvre.







« Je ne me doutais pas qu’une fois encore, l’antagonisme Orient-Occident me serait donné par une nouvelle image sensible.
Et puis ce son de cornemuses. À la fois triste et joyeux, plaintif et allègre. Tous les vieux airs d’Écosse sont joués là, sous ce ciel des Indes cruel et éblouissant. Et ces hommes retrouvent peut-être le brouillard de leurs vertes campagnes dans la buée livide des escarpements de la Khaiber ».



Traversée de l’Inde : accueil du groupe Pamir par un régiment de Gordon Highlanders à Landi Kotal.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 14:08

La vie en Inde, à cette époque, est rude pour un Occidental.
Certains quartiers sont de véritables coupe-gorge :
« Un Européen peut s’y promener 99 fois sans incident, et être assassiné la centième ».
Les crimes sont quarante fois plus répandus qu’à Paris :
« On s’assassine pour un puits ou un canal d’irrigation ».

Mais, l’épreuve la plus redoutée est la traversée du massif du Pamir (Himalaya).
Dans cette région, où les chameaux et les ânes ont laissé place aux bœufs à bosse et aux buffles,
où coexistent les forêts de pins et les rizières, les routes sont périlleuses :
« En admettant […] que la route ait juste la largeur suffisante pour le passage d’une voiture, il faut compter avec le sang-froid du pilote. S’il s’engage dans un virage qui lui révèle un à-pic inattendu de 4 000 pieds, aura-t-il le sang-froid nécessaire ? Un dixième de tour de volant à gauche ou à droite et c’est la chute dans l’abîme ».
Malgré tout, Le Fèvre reste optimiste :
« La seule chose à retenir, c’est que si nous pouvons passer deux voitures, le succès serait considérable ».



Traversée de l’Inde : paysage montagneux.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 14:17

Si les aventuriers appréhendent le franchissement des chaînes de l’Himalaya, celles-ci sont encore loin.
Le Fèvre et ses compagnons se trouvent à Srinagar, ville « bâtie sur le Jhallum […] dont nous avons suivi le cours depuis Rawal-Pindi.



Srinagar : le fleuve Jhallum.
© CITROËN COMMUNICATION

La rivière fait de nombreux méandres qui encerclent la ville.
Des canaux rejoignent entre elles les boucles du fleuve. C’est dans ces canaux que sont parqués les house-boats ».
Magnifique Venise indienne, où circulent d’étonnantes histoires.
« […] monsieur Lattière me raconte quelques histoires sur le Maharadjah de Kashmire. L’État indépendant s’appelle Jammou et Kashmir. Jammou étant la capitale d’hiver et Srinagar la capitale d’été. Les Anglais ont donné le Kashmir au Maharadjah en récompense de sa fidélité ; mais ils regrettent à présent leur geste ».





_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 14:25

Le Maharadjah Hari Singh est décrit comme un personnage atypique.
Bien qu’il soit richissime, il dépense tellement qu’il est obligé de puiser dans la caisse de l’État pour subvenir à ses besoins…
ou à ses caprices.
« 80 autos. Chaque voiture nouvelle l’intéresse et il la fait entrer dans sa collection comme s’il s’agissait d’un timbre ».
Un homme moderne, à qui l’on reproche son absence d’intérêt pour les traditions.


Le Fèvre s’amuse de la liberté que peuvent avoir certains animaux dans le pays :
« un bœuf entre paisiblement dans une fruiterie et mange toutes les salades qu’il rencontre sans qu’on ose l’interrompre dans son repas. Animal sacré ».
Le répit est néanmoins de courte durée. L’angoisse de la traversée des montagnes du massif du Pamir refait surface.
Georges-Marie Haardt prépare le départ : les Pamir seront séparés en trois groupes, qui partiront à une semaine d’intervalle.
On utilisera des coolies (porteurs) et des poneys pour transporter les bagages, afin d’alléger les véhicules au maximum.
« La principale difficulté réside dans l’étroitesse des pistes.
Il existe quelque part un passage qui n’a que 4 pieds de largeur (1m42) alors que les deux voitures qu’on veut faire passer ont une largeur de 1m60 ».


_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 14:28

Georges Le Fèvre est dans le troisième groupe, ce qui ne l’enchante guère.
Il se retrouve séparé de son ami et collègue, l’américain Maynard Owen Williams.
Ce dernier fut l’un des rares journalistes à avoir été présent lors de l’ouverture, en 1922, de la tombe de Toutankhamon.



Maynard Owen Williams, journaliste-photographe au National Geographic.
© CITROËN COMMUNICATION

Le Fèvre est également séparé des véhicules, ce qui lui laisse un goût amer.
Il ne peut que s’imaginer leur parcours. L’attente pour le départ est longue.
Depuis Beyrouth, l’expédition a déjà parcouru 5 543 kilomètres. Les voitures, pour l’instant, supportent très bien le voyage.

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 14:32

Cet épisode s’achève sur les conflits politiques, auxquels les deux groupes sont confrontés.
Les Pamir restés à Srinagar assistent, le 13 juin 1931, à de sanglantes émeutes.
Les morts et les blessés, partisans et ennemis du Maharadja, sont très nombreux.
Quant au groupe Chine, sa progression est freinée par des révoltes.
L’équipage de Victor Point a traversé des régions en guerre.
Heureusement, il reste le télégramme, curieux héros de cette expédition, comme nous le verrons par la suite.

« DUBREUIL DEUX GROUPE DEUX ARRIVE ASTOR VINGT UN APRES PARCOURS QUATREVINGT KILOMETRES STOP
COL BURZIL FRANCHI DANS NEIGE ATTEIGNANT PARFOIS QUATRE METRES ET APRES PLUSIEURS MILES
ROUTE GLACEE DEVERS FLANC PRECIPICE MULETS ONT NEIGE POITRAIL STOP
PHOTOGRAPHIE ET FILM RENDRONT COMPTE CES DIX HEURES TRAVAIL ININTERROMPU
A PLUS QUATRE MILLE METRES STOP ETAPES SUIVANTES COMPLIQUEES PAR PASSAGES PONTS DIFFICILES
ET EFFONDREMENTS ROUTE CORNICHE STOP
HAARDT FAIT CHEVAL RECONNAISSANCE ROUTE BUNJI DECIDERA RETOUR AMITIES GOERGER ».

Nous sommes le 22 juillet 1931.





Franchissement du col de Burzil.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 20:32

On va maintenant s'intéresser plus particulièrement aux avancées du Groupe Pamir dans la période 23 juillet 1931–31 août 1931 que l'on pourrait résumer ainsi : "Obstacles, avalanches et chemins du Pamir : une solitude rythmée par le télégraphe !"



photo prise lors de la traversée du massif du Pamir.
© CITROËN COMMUNICATION


À la fin du mois de juillet, le voyage est marqué par une série de rebondissements.
Les instances officielles sont sans nouvelles du groupe Chine depuis le 2 juillet. Silence radio.
« Maintenant… il se peut, nous dit Laplanche (le télégraphiste, ndlr), que Point se trouve dans une position géographique, une zone où les ondes ne passent plus.
- De telles zones existent donc ?
- Oui.
- Pourquoi ?
- On constate le fait. On ne le comprend pas ».





Les difficultés de communication deviennent extrêmement préoccupantes.
Les premiers de la caravane des Pamir, partis quelques jours plus tôt, ne manifestent eux aussi aucun signe de vie.
Le désert a laissé place à la neige et à un silence pesant.

Le 25 juillet, le groupe Chine donne enfin des nouvelles. La T.S.F. capte difficilement le message. Victor Point, sorti de dix jours d’emprisonnement, demande l’aide des Affaires étrangères. Le gouverneur, à Ouroumtsi, menace de réquisitionner les véhicules. « Nous restons stupides. Les voitures réquisitionnées ; l’interdiction d’aller plus loin… alors, quoi… fini, le beau rêve du Turkestan ? ». Les ondes sont sur écoute.




_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 20:34

Maintes questions se posent alors : que faire ? Changer d’itinéraire ? Voir le groupe Chine rebrousser chemin ?
Attendre de nouveaux véhicules ? Passer par le cœur des Indes ?

Cette hypothèse ne réjouit guère Le Fèvre, car la région a déjà fait l’objet de nombreuses expéditions, offrant une bonne connaissance de ce territoire. Poursuivre ainsi le voyage serait alors moins intéressant que d’emprunter des zones inexplorées, à l’image de celles qu’ils ont déjà traversées.
L’écrivain essaye cependant de conserver son optimisme : « Faisons confiance à l’extraordinaire persévérance de Georges-Marie Haardt qui saura réagir certainement contre ce nouveau coup ».



Traversée du massif du Pamir.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 20:36

Le troisième groupe Pamir poursuit son périple.
Franchir les montagnes à dos de poney ravit Le Fèvre, néanmoins soucieux de ses camarades.
Le décor lui rappelle les Alpes. Par endroits, il y a plus de deux mètres de neige.
« À un détour de la piste au fond de la vallée que nous suivons depuis ce matin se profile tout à coup très loin, une crête neigeuse de dimensions qui font réfléchir ».
C’est le Nanga Parbat, le neuvième sommet le plus haut du monde (8 125 mètres d’altitude).
Le premier alpiniste à accomplir son ascension avec succès sera Hermann Buhl, en 1953.


Traversée du massif du Pamir.
© CITROËN COMMUNICATION

Dans ces contrées, la réception des télégrammes est très mauvaise.
Ceux-ci rythment le quotidien des Pamir. Tout est mis en œuvre pour venir en aide au groupe Chine.
Le voyage continue, sans aucune certitude de pouvoir traverser la frontière du Turkestan.

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 20:39

Le 3 août, la situation semble cependant s’améliorer pour Victor Point.
Les hommes sont libérés et le matériel leur est restitué.
La route, politiquement dégagée, serait accessible jusqu’à la ville de Kachgar.
Le rêve de pouvoir franchir la frontière du Turkestan renaît.
Néanmoins, les recherches scientifiques sont strictement interdites par le gouverneur,




et les difficultés liées à l’état des routes demeurent :
« Nous arrivons cependant près du Mile 7 où la marche du 2ème groupe s’est trouvée ralentie pendant 48 heures…
et nous comprenons. La route complètement effondrée par une avalanche sur 50 mètres de long a exigé sans aucun doute un démontage complet des voitures, puis un remontage au Mile 8 ou 9. Audouin-Dubreuil prétend que la première opération ne demande pas plus de 3 heures ; la seconde, 4 ».


_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 20:44

Le 10 août, le groupe de Georges Le Fèvre rattrape le Scarabée d’or, en phase de démontage pour être conditionné en caisse. Son voyage a été aventureux : « Eh… Normand, tu te rappelles ? Ces fameux virages au palan. Dites donc, il avait les bandes de roulement suspendues au haut du virage et les roues avant qui plongeaient dans le ravin ! ».

Le 11 août, les Pamir reçoivent l’interdiction officielle du gouvernement de Kachgar (Sin-Kiang) de passer la frontière.
Puis, ils reçoivent une autorisation officielle de Nankin (l’une des deux capitales de Chine avec Pékin), d’entrer dans le Sin-Kiang. Il s’agit d’une province autonome de Chine (à l’instar du Tibet), connue aussi sous le nom de Turkestan oriental.

Le 14 août, on apprend que le groupe Chine est resté prisonnier de son camp. Le gouverneur du Sin-Kiang désirerait qu’il quitte immédiatement la région, mais ne le laisse pas repartir pour autant.


Les Pamir patientent à Gilgit.
Le 19 août, ils reçoivent un nouveau télégramme : le gouverneur veut bien les laisser entrer dans le Sin-Kiang, mais refuse de laisser partir le groupe Chine.
Cette perspective est inenvisageable. L’équipage est menacé d’être réduit au strict minimum.
Haardt refuse de céder à la menace et décide d’entrer tout de même dans la province :
« Partez vite, ne vous attardez plus en route ! ».


_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Mer 28 Déc 2016 - 20:48

Sin-Kiang. – Ruines de Bezeklik.
© CITROËN COMMUNICATION



Les explorateurs partent pour Hindi le 23 août.



Ils y découvrent avec émerveillement les premiers paysages de l’Asie.
« Ce qui excite d’abord l’étonnement, puis l’admiration, c’est la prodigieuse technique des gens de cette région dans tout ce qui concerne l’irrigation et la culture. Ils ont véritablement arraché à la montagne la moindre parcelle de terre cultivable. Les flancs de montagne arides sont sillonnés de rides qu’on pourrait prendre pour des sentiers et qui sont de véritables « sentiers d’eau » irriguant toutes les terres cultivables d’alentour. Dans ces gorges sauvages et d’une âpreté désertique se décèlent tout à coup de véritables oasis, des damiers de terres arables comme on peut en voir en Beauce ou en Normandie ».


Membres de l’équipage au campement de Hindi.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Jeu 29 Déc 2016 - 11:52



Nouvel épisode qui verra l'entrée en Chine du groupe PAMIR

1er septembre 1931 – 30 septembre 1931


Les Pamir quittent Misgar, partiellement réunis.
Le Fèvre a retrouvé son confrère, le journaliste Maynard Owen Williams.
Ils approchent de la frontière du Sin-Kiang.
« Ce que nous trouvons […] après la descente du col dont nous commençons à dévaler les pentes, c’est un carrefour unique où meurent des mondes différents.
Kultukuruk. Premier campement de nomades. Des Kirghizes.
Ils ne se sont établis ici que depuis deux ans et vivaient autrefois au Turkestan russe. On ne voit aucun Kirghize en Afghanistan ou au Kashmir.
Ce que nous éprouvons là devant ces hommes à tchapanes ouatées, aux bottes et aux bonnets fourrés, c’est le sentiment de trouver enfin ce pourquoi nous avons tous voulu partir, en quittant pour 18 mois ce qui nous était cher en France :
une humanité qui, bien que nous la voyions pour la première fois, nous paraît la plus ancienne du monde […]
tout cela devait laisser en nous une impression telle qu’une voix unanime déclare que c’est le plus beau jour de notre voyage depuis le départ de Beyrouth ».

Cette impression a sans doute été renforcée par la traversée éprouvante du massif du Pamir.




Sin-Kiang. – Ruines de Bezeklik.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Jeu 29 Déc 2016 - 11:54

L’aventure se poursuit dans un nouveau décor et avec un nouvel équipage.
Certains animaux sont remplacés par des yaks.
Victor Point envoie des véhicules aux Pamir. Le gouverneur a enfin donné son accord, en échange d’une voiture T.S.F..
Une pause dans l’expédition permet de définir son organisation logistique quotidienne.
Les voyageurs progressent les uns derrière les autres, formant ainsi une longue caravane.
Des porteurs et des animaux, commandés à l’avance et renouvelés lors de grandes étapes, sont régulièrement engagés.
Ainsi, un groupe de porteurs et d’animaux ne fera qu’une partie du trajet, généralement dans son propre pays.
Les autochtones recrutés sont payés au jour de marche, mais aussi, lorsque la route est longue, aux jours d’attente.

Le nombre d’accompagnateurs varie en fonction des pays.
Un âne ne peut guère porter une charge lourde (environ 20 kilos), contrairement aux chameaux.
« Le chameau, malgré son grand air candide, est né malin. Dès qu’il sent qu’on dépasse quelque peu la charge qui lui est assignée, il pousse des cris affreux. Ces cris ressemblent à ceux que font les portes disjointes ou les armoires de pitchpin trop neuves dans les hôtels de province ».

La charge habituelle d’un chameau est de 180 kilos pour une étape de 30 kilomètres en moyenne.
Les chameaux peuvent porter jusqu’à 350 kilos, mais les Pamir ne leur font porter que 100 kilos, ce qui n’empêche pas les animaux de protester ! « Et ils trouvent le moyen de gémir… ».
lol!

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Jeu 29 Déc 2016 - 11:56

Le périple reprend, offrant de nouveaux paysages.
« Cette fin d’après-midi, aujourd’hui, est bien belle. Un horizon, en face de nous, brusquement reculé. Toute notre caravane brusquement sous nos yeux : soixante chameaux et soixante poneys. Quelques-uns de nous, galopant dans les hautes herbes. Comme il faut de temps en temps, franchir un ruisseau, ou chercher un passage plus facile, les chameliers qui conduisent une file de douze bêtes en général, font en cherchant le chemin le plus facile, serpenter leur convoi qui forment dans la plaine des guirlandes, des rondes, des couronnes de chameaux, infiniment décoratives ».

La traversée des cols au niveau de Karasu est l’occasion de découvrir d’étranges phénomènes terrestres :
« Phénomène assez curieux. Vers 10 heures, quand le soleil se lève, la neige ayant cessé, nous remarquons que, fait unique, les ombres portées par nos chevaux et nous-mêmes, se trouvent à notre gauche, c’est-à-dire du même côté que le soleil. C’est un phénomène de réfraction. Le ciel, du côté où luit le soleil étant de luminosité moins forte qu’à l’ouest où il est éblouissant, les rayons lumineux se réfléchissent en face et c’est indirectement que ses rayons nous atteignent ».

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Jeu 29 Déc 2016 - 12:03

Si les voyageurs appréhendaient le franchissement des chaînes du Pamir, ils redoutent à présent le passage des gorges du Guez.


Traversée des gorges du Guez. – Cavaliers.
© CITROËN COMMUNICATION


Traversée des gorges du Guez. – Caravane de dromadaires.
© CITROËN COMMUNICATION


Traversée des gorges du Guez. – Caravane de dromadaires.
© CITROËN COMMUNICATION






Cette route est un véritable chemin de croix. Les hommes et les chevaux chutent sans cesse, le trajet se prolonge indéfiniment. Les pierres déferrent les chevaux, ce qui oblige leurs cavaliers à poursuivre la route à pieds, « chemins en corniche vertigineux », jusqu’à Tokhai.



_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Jeu 29 Déc 2016 - 12:06

Les yourtes laissent place aux maisons. La troupe est épuisée par la traversée des montagnes.  


Aksou.
© CITROËN COMMUNICATION
                           
«Tout à coup, nous ne pouvons plus retenir les chevaux. Ils escaladent la dernière crête au galop. Victoire ! La vraie sortie ? Devant nous, la plaine, un horizon que ne limite plus aucune barrière montagneuse. La plaine de Kasghar ! ».

Une fois en ville, les Pamir sont reçus par le tao-tai.
Celui-ci leur rappelle que l’expédition a certes le droit de traverser le pays, mais ne peut en aucun cas mener une quelconque activité scientifique.
On essaye d’obtenir l’autorisation de filmer et de photographier la région, en faisant passer cela pour un travail artistique et non de recherche.




_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !


Dernière édition par PIJO3007 le Jeu 29 Déc 2016 - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Jeu 29 Déc 2016 - 12:39

Les voitures de Victor Point – petit détachement du groupe Chine  – qui sont à Aksou, ont l’autorisation de venir à la rencontre des Pamir.





« Nous quittons Faizabad par une bien belle matinée. Il semble que dans cette ville, le caractère chinois soit davantage accentué. Nous passons plusieurs fois sous ces arches de bois peint et gravé, qui sont comme me l’explique Williams, des espèces de monuments commémoratifs dressés par des veuves inconsolables à leurs défunts ».

Noble intention destinée, en réalité, à honorer les familles les plus illustres de la région, en vertu du confucianisme.

La pérégrination vers l’Est se poursuit.
Les Pamir rebroussent le chemin légendaire du moine bouddhiste Xuanzang, du célèbre roman chinois Saiyuki.
Pour ce faire, ils suivent un bien étrange fil d’Ariane :
« Nous suivons toujours la ligne du télégraphe installée par les Anglais et qui nous donne l’orientation ».
Ils se dirigent toujours plus à l’Est, vers le Levant.

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Ven 30 Déc 2016 - 7:00


Aujourd'hui, je continue avec les Retrouvailles
1er octobre 1931 – 31 octobre 1931


Dans des paysages semblables à ceux de la Sologne, le moral des hommes s’assombrit.
L’épuisement, tant physique que moral, fait ressortir quelques rancœurs qui ternissent la bonne ambiance qui régnait depuis des mois au sein du groupe Pamir.

« Conversations à cheval. Le bleu de Méthylène est commenté à la fois par le docteur et le peintre. Scènes pastorales du matin. Bergers à houlette. Ponts chinois aux barrières chancelantes. Des hommes au torse bronzé moissonnent la luzerne à la faucille. Nous avançons dans des chemins creux bordés de saules. Douceur matinale du paysage qui se déplace peu à peu, au pas du cheval. Trame usée de la route, près d’un fil ; celui du télégraphe. Terrasses bordées de murettes en torchis avec des essais décoratifs (balustres à ogives ou ouvertures oblongues) ».

Le groupe traverse ensuite, durant plusieurs jours, une zone désertique.
À l’exception du fonctionnaire qui s’occupe des gîtes relais, il n’y a pas âme qui vive.
Les voyageurs sont impatients d’être à Aksou, là où ils retrouveront les voitures.



_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Ven 30 Déc 2016 - 7:05

Le 8 octobre 1931 est une journée mémorable. Les Pamir sont, en effet, rejoints par Karl, l’adjoint de Hackin.
Il fait partie du groupe Chine, dont le chef, Victor Point, semble avoir malheureusement disparu depuis cinq jours.
Les Pamir se dirigent vers Aksou. Il ne leur reste plus que dix kilomètres.


Aksou. – Portrait d’un fonctionnaire chinois.
© CITROËN COMMUNICATION




« Tout à coup, au détour du chemin qui suit une rivière, une silhouette qui fait battre nos cœurs, encore une […]
Nous pensons tous à un mécanicien. C’est un homme assez grand, coiffé du béret basque, une badine à la main,
et qui lève les bras…
- Bonjour ; vieux, s’écrie Morizet en lui tendant la main.
Mais il recule, interdit. C’est le Père Teilhard.



Portrait du Père Pierre Teilhard de Chardin, géologue et paléontologue.
© CITROËN COMMUNICATION

Notre émotion se renouvelle. Tout le monde a sauté à bas de son cheval.
- Vous êtes à cinq minutes du campement, dit le Père Teilhard. Un beau jardin.
Je viens jusqu’ici pour pêcher dans la rivière. Mais je n’ai pas l’autorisation d’aller plus loin…
Vous voilà… enfin… On vous attendait depuis longtemps… vous savez ?

- Si près… à présent, murmure Georges-Marie Haardt, très ému. Racontez… »


_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !


Dernière édition par PIJO3007 le Ven 30 Déc 2016 - 7:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Ven 30 Déc 2016 - 7:09

Le groupe Pamir avance vers le campement pour retrouver les membres du groupe Chine.
Seule une partie de l’équipe de Point est arrivée, avec des voitures.
Les deux équipages se retrouveront au complet à Ouroumtsi.

« Nous nous dirigeons vers notre campement. Il est là, tout près. Encore 10 mètres à faire et l’on tourne à gauche.
Notre émotion de voir soudain, dans la cour, les quatre puissants blocs de duraluminium cravatés du fanion tricolore.
Sa puissance, sa sobriété, ses lignes, sont notre réconfort.
Ainsi le rendez-vous a été tenu de part et d’autre, et dans le pays le plus difficile d’accès qui soit en Asie : le Sin-Kiang […]
Les voitures ne paraissent pas avoir souffert.
Seules, quelques éraflures de peinture sur la carrosserie, témoignent du long voyage. […] Nouvelle vie.
Tous les visages sourient.… »



Aksou. – Iacovleff posant à cheval devant une autochenille.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
PIJO3007
Admin


Inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: la Croisière jaune   Ven 30 Déc 2016 - 7:13

Le 11 octobre, les aventuriers reprennent la route vers Ouroumtsi.
« Décor impressionnant. Paysage disloqué. Les couches d’oligocène grises et rouges, plissées, comprimées, enchevêtrées en tous sens, dressent sur un fond de ciel morne leur architecture squelettique, aussi macabre que la dépouille décharnée de ce cheval ou de ce chameau que nous rencontrons sur notre passage ».

Le 19 octobre, les voitures commencent à montrer les premiers signes de fatigue. Les roulements des voitures 3 et 4 sont révisés, les colliers lâchent et ceux de remplacement n’ont pas le bon numéro. Il faut amincir les fusées à la lime, pendant plusieurs heures.

Après avoir visité quelques grottes dotées d’un grand intérêt archéologique
(« Iaco dégage un pied […] qu’on dirait détaché d’une statue grecque tant il est modelé avec grâce et exécuté d’après le canon des classiques »),
l’équipe repart de nuit. Elle assiste alors à un spectacle saisissant :
« Tableau incomparable : les phares font jouer des faisceaux de poussière lumineuse.
Des cavaliers galopent sur les bas-côtés de la piste ; Mongols portant leur femme en croupe, Chantous galopant à l’amble, immobiles sur leur selle, leur petit fouet à la main,
Douganes en charrettes bleues, et devant les voitures, derrière, accrochés aux flancs des remorques, toute une population masquée par l’obscurité mais que dénonce brutalement l’éclat soudain d’un projecteur ».



Ouroumtsi sous la neige.
© CITROËN COMMUNICATION

_________________

Bonjour Invité et bon "surf" sur ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la Croisière jaune   

Revenir en haut Aller en bas
 
la Croisière jaune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» 80 ans de la Croisière Jaune - Le CITROËN Créative Tour
» "vendu"" la croisière noire et la croisière jaune " édition spéciale
» la Croisière jaune
» [EXPOSITION] Citroën Creative Tour
» [INFORMATION] Historique de Citroën en Chine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Camions Citroën :: Forum Général des Utilitaires Citroën :: Le Forum des Utilitaires CITROEN :: les autochenilles et les croisières Citroën-
Sauter vers: